Entre Copines

Qu’est-ce le phénomène de fast fashion ?

93

Le fast fashion est un phénomène qui monte en puissance. Quelques chiffres à prendre en compte. Zara introduit plus de 300 000 unités de stockage (SKU) chaque année. Kohl’s introduit de nouvelles pièces de Lauren Conrad chaque mois et H&M introduit constamment des collaborations avec les nouveaux créateurs les plus en vogue. Mais une fois qu’ils sont partis, ils sont partis. Dit comme cela, ce n’est pas clair, alors analysons en profondeur ce qui se cache derrière ce terme.

Définition du phénomène de fast fashion

fast-fashion

Le fast fashion est le terme utilisé pour décrire les créations de vêtements qui passent rapidement du podium aux magasins pour répondre aux nouvelles tendances. Les collections sont souvent basées sur des dessins présentés lors des événements de la Fashion Week. La mode rapide permet aux consommateurs ordinaires d’acheter des vêtements en vogue à un prix abordable.

Ce phénomène est devenu courant en raison d’une baisse des prix des articles vestimentaires, d’une augmentation des demandes ainsi que du pouvoir d’achat des consommateurs.

Comment ce phénomène est-il apparu ?

Pour comprendre comment la mode rapide a vu le jour, il faut revenir un peu en arrière.

Avant la révolution industrielle

Avant les années 1800, la mode était lente. Il fallait se procurer ses propres matériaux, comme la laine ou le cuir, les préparer, les tisser, puis fabriquer les vêtements.

La montée du fast fashion avec la révolution industrielle

La révolution a introduit de nouvelles technologies, comme la machine à coudre. La production des vêtements a été facilitée. Les ateliers de confection de vêtements ont vu le jour pour répondre aux besoins des classes moyennes.

Au 21e siècle

À la fin des années 1990 et dans les années 2000, la mode à bas prix a atteint son apogée. Le shopping en ligne a pris son essor, et les détaillants de fast fashion se sont emparés de la grande rue. Ils ont rapidement imité les grandes maisons de couture et ont reproduit leurs produits à bas prix. Comme tout le monde peut désormais acheter des vêtements tendance quand il le souhaite, on comprend aisément comment le phénomène a pris de l’ampleur.

Les avantages de la mode rapide

La mode rapide est une bonne affaire pour les fabricants de vêtements. L’introduction en permanence de nouveaux produits favorise l’augmentation des chiffres d’affaires, car il y a toujours des clients. La vitesse à laquelle ce phénomène évolue aide les détaillants à éviter les démarques qui réduisent les marges.

L’entreprise ne reconstitue pas ses stocks, elle remplace les articles qui se vendent par de nouveaux articles. Ainsi, les consommateurs n’hésitent pas à acheter un article qui leur plaît, car ils savent qu’ils sont éphémères.

La mode rapide offre aussi de gros profits, surtout si un détaillant est capable de sauter sur une tendance avant la concurrence. Et en cas de pertes, ils peuvent se redresser rapidement en lançant une nouvelle ligne de vêtements ou un nouveau produit. Étant donné que le coût est bas, les consommateurs affluent toujours.

Problème du fast fashion

Malgré les avantages pour les clients, la mode rapide pose aussi des problèmes.

L’impact sur l’environnement

L’industrie de la mode n’est pas très bien réglementée. L’objectif est de créer des produits aussi rapidement et à moindre prix que possible afin de réduire les coûts. Des exemples des impacts sur l’environnement sont :

  • Les émissions de gaz à effet de serre : Le marché de la mode rapide est responsable de plus d’émissions de gaz à effet de serre que les transports maritime et aérien internationaux réunis.
  • Les textiles : Le polyester est le tissu le plus populaire utilisé par les détaillants de mode. Ce matériel est un plastique et lorsque vous le nettoyez, ils envoient dans les cours d’eau des morceaux de microplastiques si minuscules qu’ils ne peuvent pas être filtrés.
  • Teintures : L’industrie de la mode utilise beaucoup de colorants synthétiques comme les colorants dispersés, réactifs, acides et azoïques pour créer des teintes riches sur les vêtements. Il faut 200 tonnes d’eau pour créer une tonne de tissu, et la plus grande partie de cette eau est renvoyée dans la nature sous forme de déchets toxiques.

Le non-respect des droits de l’homme

Les questions relatives aux droits de l’homme sont encore plus importantes que l’impact environnemental. Ils sont cousus par des êtres humains vivants, qui respirent, et beaucoup d’entre eux sont maltraités.

  • Exploitation infantile : Ce phénomène est au centre des productions dans l’industrie de la mode. Les enfants travaillent souvent dans la fabrication des articles, et même dans les plantations de coton.
  • Mauvaises conditions de travail : De nombreuses usines productrices d’articles vestimentaires en masse sont peu saines sur le plan structurel, électrique, etc. Les accidents, les incendies, les blessures et les maladies sont monnaie courante.
  • Surexploitation des travailleurs : Les travailleurs sont souvent contraints de travailler 6 à 7 jours par semaine, et cela de 14 à 16 heures par jour. Cet horaire peut même aller jusqu’à 2 ou 3 heures du matin pendant la haute saison.

Comme tous les phénomènes de nos jours, le fast fashion a ses bons et mauvais côtés ! Chacun a sa part de responsabilité pour réduire les impacts au maximum.

You might also like

Comments are closed.