Entre Copines

8 activistes des droits de la femme qui ont changé l’histoire

21

L’obtention du droit de vote par les femmes n’était qu’une étape sur un long chemin vers l’égalité. Lorsque les femmes commencent à voter dans les années 1920, elles sont confrontées à la discrimination et à l’inégalité des salaires sur le lieu de travail. 

Des courageuses Suffragettes qui se sont battues pour le droit de vote des femmes à Tarana Burke qui a lancé le mouvement #MeToo, en passant par Winona LaDuke qui mène la lutte contre le changement climatique, voici les femmes qui ouvrent la voie à l’égalité des genres, véritable définition du féminisme. 

Avec de tels problèmes, les militants avaient beaucoup à faire après l’obtention du suffrage. Voici un aperçu de 8 femmes qui ont poursuivi la lutte pour les droits des femmes, et de ce qu’elles ont accompli. 

Alice Paul 

Alice Paul estimait que le suffrage n’était qu’un premier pas pour les femmes. En 1920, elle a déclaré : « Je trouve incroyable qu’une femme puisse considérer que le combat pour l’égalité totale est gagné. Elle ne fait que commencer. » 

Convaincue que les femmes ont besoin d’un amendement sur l’égalité des droits, Paul organise son National Woman’s Party pour se concentrer sur l’adoption d’un tel amendement. En 1923, l’amendement que Paul avait rédigé – appelé amendement Lucretia Mott – est présenté pour la première fois au Congrès. Malheureusement, il n’a pas progressé pendant des décennies : Si Paul avait obtenu le soutien du NWP, elle n’avait pas convaincu les autres organisations de femmes de soutenir l’amendement. À l’époque, de nombreuses militantes craignaient que si l’égalité des droits devenait la loi du pays, la législation protectrice sur les salaires et les conditions de travail des femmes pour laquelle elles avaient lutté serait perdue. 

Simone de Beauvoir 

Militante politique, écrivaine et théoricienne sociale au franc-parler, de Beauvoir a écrit en 1949 Le Deuxième Sexe, un livre avant-gardiste qui a ouvert la voie au féminisme moderne. Dans ce livre influent (et à l’époque extrêmement controversé), de Beauvoir critique le patriarcat et les constructions sociales auxquelles les femmes sont confrontées. Le Deuxième Sexe a été interdit par le Vatican et même considéré comme de la « pornographie » par certains – un début courageux dans la lutte pour le féminisme. 

Maud Wood Park 

Maud Wood Park a non seulement aidé les électrices en tant que première présidente de la League of Women Voters, mais elle a également contribué à la création et à la présidence du Women’s Joint Congressional Committee, qui faisait pression sur le Congrès pour qu’il adopte les lois favorisées par les groupes de femmes. 

L’une des lois que Park et le comité ont fait adopter est la loi Sheppard-Towner sur la maternité (1921). En 1918, les États-Unis, comparés à d’autres pays industrialisés, se classaient à une décourageante 17e place en matière de mortalité maternelle ; cette loi prévoyait des fonds pour prendre en charge les femmes pendant et après la grossesse – du moins jusqu’à la fin de son financement en 1929. 

Park a également fait pression pour l’adoption de la loi Cable (1922), qui permettait à la plupart des femmes américaines qui épousaient des ressortissants étrangers de conserver leur citoyenneté. Cette loi est loin d’être parfaite – elle comporte une exception raciste pour les personnes d’origine asiatique – mais elle reconnaît au moins que les femmes mariées ont une identité distincte de celle de leur mari. 

Angela Davis 

Voix pionnière des femmes noires, Mme Davis a joué un rôle crucial dans le mouvement des droits civiques. Cette militante politique était un leader clé du mouvement Black Power, et bien que certaines de ses positions plus radicales et son rôle dans les manifestations politiques aient été jugés controversés, elle s’est battue sans relâche pour défendre les progrès des droits des femmes pendant plus de six décennies. Elle a récemment été coprésidente honoraire de la Marche des femmes à Washington en 2017. 

Eleanor Roosevelt 

L’action d’Eleanor Roosevelt en faveur des femmes a commencé bien avant que son mari Franklin D. Roosevelt ne gagne la présidence. Après avoir rejoint la Women’s Trade Union League en 1922, elle a présenté Franklin à des amies comme Rose Schneiderman, ce qui l’a aidé à comprendre les besoins des travailleuses. 

Dans l’arène politique, Eleanor coordonne les activités des femmes pendant la course à la présidence d’Al Smith en 1928 et travaille ensuite sur les campagnes présidentielles de son mari. Lorsque Franklin a remporté la Maison Blanche, Eleanor a utilisé sa nouvelle position pour soutenir les intérêts des femmes ; même les conférences de presse qu’elle organisait pour les femmes journalistes les aidaient dans leur travail. 

Eleanor a continué à défendre la cause des femmes après la mort de Franklin. Elle s’est exprimée sur la nécessité de l’égalité des salaires pendant l’administration de John F. Kennedy. Et bien qu’elle ait été initialement opposée à un amendement sur l’égalité des droits, elle a fini par abandonner ses objections. 

Eleanor Roosevelt figure du féminisme

Malala Yousafzai 

Cette adolescente courageuse est devenue célèbre grâce à ses mémoires, I Am Malala, qui relatent son parcours intrépide de jeune étudiante luttant pour l’accès à l’éducation au Pakistan. Depuis, Malala parcourt le monde pour défendre le droit à l’éducation des femmes et des enfants par l’intermédiaire de sa fondation, le Fonds Malala. 

Emma Watson 

L’une des plus récentes voix féministes de la génération, l’actrice a capté l’attention de tous avec son discours émouvant devant les Nations unies qui a lancé une nouvelle initiative pour l’égalité des sexes. Le travail de Watson pour l’ONU nous a rappelé que le féminisme n’est pas seulement un combat pour les femmes, mais aussi pour les hommes. Depuis, elle a lancé le mouvement #HeForShe, son propre club de lecture féministe et de nombreuses conversations sur ce que signifie être une féministe aujourd’hui. 

Emma Watson figure du féminisme

Diane Von Furstenberg 

DVF a construit toute sa carrière dans la mode sur le concept d’autonomisation des femmes. « Feel like a woman, wear a dress«  et « Proud to be woman ! » ne sont que deux des mantras de la créatrice évoqués à travers sa marque. Non seulement elle utilise la mode pour donner du pouvoir aux femmes, mais elle a aussi depuis fondé les DVF Awards, qui récompensent des femmes incroyables qui ont eu un impact positif sur le monde grâce à leur leadership, leur philanthropie et leur travail acharné. 

You might also like

Comments are closed.